Le cinéma de Denis Villeneuve

Du cinéma d’auteur aux grands studios

Né en 1967, ce réalisateur Quebecois se taille depuis la fin des années 1990 une place de choix dans le cinéma contemporain. Après avoir gagné de concours de documentaires, c’est à travers un cinéma indépendant que son nom s’est fait connaître, jusqu’à réaliser des films qui comptent aujourd’hui parmi les plus gros succès de la science fiction.

Découvrons l’ensemble ce cinéaste au parcours sans faute.

Du cinéma d’auteur…

Un 32 août sur terre

Denis Villeneuve a rapidement été remarqué par les cinéphile avec une premier film extrêmement prometteur.

Un 32 août sur Terre raconte l’histoire de Simone, une femme qui survit miraculeusement a un accident de voiture, mais va radicalement la changer.

Remettant tout en question, elle quitte toute sa vie pour partir à la recherche son meilleur ami, Philippe pour qu’il lui fasse un enfant. La seule exigence de ce dernier, est que l’enfant soit conçu dans le désert.

Le film a intégré la sélection officielle officielle du festival de Cannes en 1998. On remarqua déjà le talent de Denis Villeneuve ainsi que son actrice Pascale Bussières.

Sa bande-annonce

Maelstrom

Deuxième film de Denis Villeneuve, qui montre une nouvelle fois son originalité, en faisant raconter son film par un poisson.

Bibiane, jeune conductrice, percute un immigré norvégien avec sa voiture. Ce dernier parvient tant bien que mal à rentrer chez lui pour y mourir.

Pour Bibiane, tiraillée de culpabilité, en vient à désirer sa propre chance, jusqu’à ce qu’elle se voit donner une nouvelle chance.

Par sa forme originale, Maelström suscite une nouvelle fois l’acclamation de la critique et du public.

Il révélera alors au monde l’actrice Marie-Josée Croze, qu’on retrouvera plus tard d’en d’autres films à succès, comme Les invasions barbares, où encore dans le cinéma Français qui l’affectionne particulièrement.

Sa bande-annonce

Polytechnique

Le 6 décembre 1989, eut lieu un massacre à l’université polytechnique de Montréal. Marc Lépine, un jeune homme âgé de 25 ans, pénètre dans l’université et tue 28 personnes.

Denis Villeneuve réalisera un film inspiré de ce fait divers dramatique. À travers le regard, de Valérie et Jean-François, deux étudiants, il nous fait vivre la tragédie d’un point de vue subjectif.

Contrairement à ces précédents films, au vue de son sujet, la distribution de ce film restera essentiellement au Canada, néanmoins il recevra toutefois des retours élogieux de festivals francophones prestigieux, comme celui de Cannes ou de Namur.

De bonnes augures pour son prochain film, qui va lui donner une réelle notoriété.

Sa bande-annonce

Incendies

C’est incontestablement ce film qui fera basculer Denis Villeneuve dans la notoriété mondiale.

En adaptant au cinéma un texte de Wadji Mouawad, un auteur canadien qui a lui-même une renommée dans l’ensemble du monde francophone.

Le film sera acclamé à la Mostra de Venis, à Cannes, avant de connaître la consécration aux oscars.

Il raconte l’histoire d’une mère chrétienne dans un pays musulman, qui doit abandonner son fils, car il est le fruit de sa relation avec un musulman.

Des années plus tard, elle tente de le retrouver, mais piégée, elle est plongée au cœurs des intrigues politiques de son temps et tombe entre les mains d’un groupe islamiste radical. Torturée et violée, elle tombe enceinte de son bourreau.

Bien des années plus tard, les jumeaux nés de cette unions partent à leur tour à la recherche de cet enfant perdu, avant de découvrir l’épouvantable vérité.

Sa bande-annonce

… aux succès hollywoodiens

Ses premiers armes dans l’industrie du cinéma Hollywoodien se font à travers trois thrillers, avant de se tourner vers un domaine beaucoup plus onéreux : la science-fiction.

Prisoners

Deux fillettes de 6 ans disparaissent. Leurs parents font venir la police, qui interpellent rapidement un suspect : Alex Jones (Paul Dano), un handicapé mental qu’on doit relâcher, faute de preuve.

Cette relaxe plonge Keller (Hugh Jackman), le père d’une des enfants, dans une rage terrible : il est convaincu qu’Alex est bien le ravisseur au point de le séquestrer et le torturer, des jours durants.

Pendant ce temps, l’inspecteur Loki (Jake Gyllenhaal) continue d’enquêter, et découvre de très nombreux faits étranges, avec un thème très récurrent : un labyrinthe, qui semble lié à de nombreuses disparitions.

Sa bande annonce

Enemy

Enemy fait parti de ses films où le réalisateur cherche volontairement à nous perdre.

Jake Gyllenhaal y interprète un professeur d’université à la vie légèrement ennuyeuse.

Alors qu’il regarde le film qu’un ami lui a conseillé, il remarque un individu qui est son sosie en tout point.

Intrigué, il recherche ce comédien et fini par entrer en contact avec lui…

Entre de la manipulation, de vengeance en vengeances, jusqu’à atteindre les différents couples, le film est construit comme une véritable énigme pour le spectateur qui ne peut, en aucun cas, repartir indifférent.

Sa bande annonce

Sicario

Avec ce thriller d’action, Denis Villeneuve reprend le schéma classique de l’idéaliste qui doit se confronter aux réalités du terrain.

Ici, Emily Blunt incarne une jeune agente du FBI confrontée chaque jour aux violences des trafics de drogues de Phoenix.

Après une mauvaise opération, elle se joint à l’équipe d’un autre agent (Josh Brolin)dans le but d’intervenir clandestinement au Mexique, loin de la juridiction américaine, dans le but d’abattre le chef de l’un des plus puissants cartels de drogues, le cartel de Juarez.

Malgré un synopsis qui semble éculé, le film trouva malgré tout une originalité dans la construction de ses personnages, et reçu des critiques élogieuses de la part du festival de Cannes, ainsi que de nombreuses récompenses.

Sa bande annonce

Premier contact

Premier contact porte décidément bien son nom, car il constitue littéralement le premier contact de Denis Villeneuve avec l’univers de la science fiction. Il raconte l’histoire de la tentative de communication entre l’espèce humaine avec une race extraterrestre. La personnage principale (Amy Adams) est une spécialiste en traduction qui va intégrer un projet gouvernemental pour trouver le langage possible pour parler avec des extraterrestre qui on récemment atterri sur la planète.

Le film reçu un accueil unanime de la part de la critique et de la critique, ce qui permit à Denis Villeneuve de se lancer dans un projet autrement plus ambitieux, la suite de Blade Runner.

2049

Blade Runner, pour les amateurs de science-fiction, est un mythe du cinéma. Réalisé en 1982 par Ridley Scott, il est toujours aujourd’hui considéré comme le meilleur film de sf d’après les utilisateurs de SensCritique. Pour un réalisateur, envisager une suite est donc un immense défi.

Adapté à l’origine d’un roman de Philip K. Dick, l’univers se passe dans un Los Angeles futuriste, où les hommes sont de plus en plus remplacé par des androïdes, appelés replicant, pour les tâches les plus pénibles et les plus dangereuses. Mais après une révolte sanglante sur la colonie de Mars, ils sont interdit sur terre. Des agents spéciaux, appelés Blades runners, sont engagés pour retrouver et tuer tous les replicants en situation irrégulière. Dans le premier film, on suivait les aventures d’un blade runner joué par Harrison Ford

Si le premier film de Ridley Scott, réalisé en 1982, racontait une histoire se déroulant en 2019, la suite de Denis Villeneuve se déroule, comme son nom l’indique, en 2049. On suit un autre blade runner, cette fois-ci interprété par Ryan Gosling.

Cette suite a connu un succès critique unanime, respectant bien l’œuvre de Ridley Scott. Il remportera deux oscars.

Pour tout amateur de science-fiction, il paraissant impossible d’avoir un projet plus ambitieux que celui-ci.

Dune

Pour les cinéphiles du monde entier, l’adaptation de ce roman de Frank Herbert était un projet mythique. Après la tentative un infructueuse de Jorodowsky, puis celle de David Lynch qui a divisé les fan, c’est donc Denis Villeneuve qui s’est attaqué à ce monument.

Contrairement à la version de Lynch, Denis Villeneuve à fait le choix de diviser le film en 2, ce qui était le choix initial de Frank Herbert dans son roman. La production du second opus sera en revanche conditionné par le succès du premier.

Le résultat est un film aux visuels travaillé, très riche esthétiquement, et construit à la fois dans la fidélité au roman, le savoir faire technique et une certaine sobriété dans la réalisation. La critique et le public font que le succès est pour le moment au rendez-vous.

Pour aller plus loin :

Le réseau social des créateurs inspirants

Le réseau social des créateurs inspirants