Choisir le nom des personnages

Trouver le sobriquet idéal

Nommer un personnage, c’est comme nommer un enfant : c’est quelque chose à la fois d’important, de symbolique, et parfois de stressant pour cet individu que l’auteur créé de toutes pièce pour son histoire.

Photo by NeONBRAND on Unsplash

Un nom ne se choisit pas au hasard, de la même manière que vous avez pris le temps de construire des personnage cohérent, vous devez choisir son identité avec la plus grande parcimonie.

Ayez d’abord en tête que votre histoire doit former un tout cohérent. Et le nom de vos personnages ne doivent pas sonner dissonnant par rapport à l’ensemble de votre histoire.

Par exemple, il est très peu probable que Tolkien décide de nommer un elfe Jean-Pierre. Ça peut vous paraître évident, et pourtant c’est essentiel pour la cohérence du récit.

Les noms dans un univers réaliste

Photo by Kelly Sikkema on Unsplash

Bien sûr, il est sans doute plus simple de trouver le nom d’un personnage d’un univers réaliste que sur une planète à l’autre bout de la galaxie.

Néanmoins, ce n’est pourtant pas une raison pour le choisir au hasard. Un nom est toujours porteur d’une histoire, d’origines sociales, ethniques, et peut parfois même avoir une vocation spirituelle. Il est aussi porteur du lieu et de l’époque où est né celui qui le porte.

Si votre personnage est un citoyen romain, essayez de trouver un véritable nom de l’époque.

Plus vous avez de détail sur les origines de votre personnage et son époque, plus internet pourra vous apporter de précieuses idées sur son futur nom.

Astuce : méfiez-vous des idées préconçues en terme de nom si vous parlez d’un pays étranger dont vous ne maîtrisez pas totalement la culture. Là encore, n’hésitez pas à vous renseigner sur Internet

Photo by CHUTTERSNAP on Unsplash

Le choix du nom de famille

Pour le choix d’un nom de Les patronymes sont moins soumis aux modes étant donné qu’ils durent dans le temps. Pour cela, là encore, veillez à rester en cohérence avec l’origine de votre personnage. Mais ce n’est pas tout.$

L’écriture, beaucoup vous le diront, c’est de la musique : dans l’idéal veillez à ce que le nom sonne bien à l’oreille.

Mais comme votre histoire doit rester un tout cohérent, il faut aussi que ce nom soit porteur de sens. Qu’il révèle un facette de votre personnage, mais avec une subtilité qui ne le fasse pas deviner tout de suite sa nature profonde.

Dolores Ombrage, le personnage le plus haïssable de toute la saga Harry Potter, est ainsi l’un des meilleur exemple de la catégorie.

Les noms dans un roman fantasy

Ici, a priori, vous allez devoir inventer un nom de toute pièce. Il va falloir faire preuve de créativité

S’inspirer d’autres cultures

La fantasy, peut importe son contexte, s’inspire toujours d’une certaine forme de culture. Rien n’est inventé ex-nihilo.

Tolkien s’est beaucoup penché sur les cultures germaniques et anglo-saxonne avant d’écrire le Seigneur des Anneaux, Georges Lucas doit beaucoup au Japon pour la création de Star Wars.

Photo by JJ Jordan on Unsplash

Non seulement ces cultures pré-établies vont vous aider à trouver vos marques pour une structure stable, mais aussi, ça permettra à votre lecteur d’avoir quelques points de repères pour comprendre le contexte de votre histoire.

Renseignez-vous sur les contes et légendes de ces cultures pour trouver les sonorités qui pourront vous convenir. N’hésitez pas à mêler plusieurs civilisations pour créer quelque chose de complètement nouveau.

Astuce : modifier un nom existant, en changeant son orthographe ou sa sonorité peut être du plus bel effet.

Sémantique

On l’a dit, le nom doit être en cohérence avec l’univers du récit. Ce qui signifie qu’il doit être porteur de sens. Pourtant, il faut être capable de faire preuve de subtilité

Avant de choisir un nom pour votre personnage, pensez à ce que vous voudriez qu’il qu’il incarne.

Son nom peut être évident et assumé. C’est souvent le cas avec les personnages d’antagonistes : Scar, dans le Roi Lion, ou Voldemort dans Harry Potter.

Mais il peut aussi s’agir d’une référence plus subtile. Et pour cela, l’étymologie est votre meilleure alliée.

Par exemple, dans Star Wars, nous connaissons tous le personnage de Yoda. Son nom évoque à la fois un mot sanscrit : yoddha qui veut dire “guerrier”. Mais il ressemble aussi beaucoup à l’hébreux yodea qui signifie “le sage”. Le sage-guerrier, quel meilleur nom pour le grand maître Jedi ?

La musicalité du nom

Dans l’écriture, tout fait sens, y compris la sonorité : instinctivement, un son évoque toujours une certaine sensation au lecteur.

Faîtes de la musique avec les mots, pensé au rythme, aux lettres. Par exemple, une allitération en S évoquera le serpent. C’est rarement utilisé pour un personnage positif.

Trucs et astuces

Photo by Iulia Mihailov on Unsplash
  • Déjà, ne vous fatiguez pas à nommer tous les personnages de votre roman. Si certains se résument à une fonction et quelques répliques, un nom ne vous mènera à rien, et alourdirait le texte.
  • Ensuite, prenez garde à donner des noms qui se ressemble trop à vos personnages. Chaque nom doit évoquer une identité bien distincte. Si vos prénoms se ressemblent trop, votre lecteur risque de faire quelques confusions. Exemple : essayez de réciter par cœur le nom des nains qui accompagnent Bilbo jusqu’à l’antre de Smaug…
  • Et bien sûr, comme partout, évitez les clichés. Clichés racistes bien sûr, mais aussi sociaux, un nom composé pour un personnage de bourgeois n’a rien d’une obligation.

Ne vous prenez pas la tête : suivez votre instinct. C’est votre patte d’artiste, vous pouvez vous y fier à 100 %

Pour aller plus loin

Le réseau social des créateurs inspirants